Archives de catégorie : Automobile

Le marché automobile algérien

L’Algérie compte 55 importateurs de véhicules pour un marché de plusieurs milliards de dollars. En 2014, ils ont importé 411 433 voitures pour plus de 439 milliards de dinars contre 526 984 unités pour plus de 510 milliards en 2013, selon les chiffres officiels des douanes obtenus par TSA.

Renault domine, Peugeot baisse

Le français Renault domine le marché avec des importations de 101 472 véhicules pour une valeur de 88,5 milliards de dinars en 2013 contre 89 435 unités et une valeur de 76,1 milliards en 2014.

Parmi les concessionnaires les plus touchés par le recul du marché en 2014 figurent notamment Peugeot et Diamal. La marque au lion a vu ses importations passer de 70 439 unités en 2013 pour près de 64 milliards de dinars à 41 127 unités pour un peu plus de 42 milliards en 2014.

De son coté, Diamal qui représente plusieurs marque, dont Opel, a souffert. Ses importations ont dégringolé, passant de 26 891 unités en 2013 pour une valeur de 25 milliards de dinars à 11 938 unités pour près de 12,5 milliards. La SARL GMS, qui commercialise notamment la marque Mercedes, a été également touchée par la crise. Ses importations sont passées de 10 282 véhicules pour une valeur de 14 milliards de dinars à 3 417 unités pour 7,8 milliards.

Forte hausse des achats de Cima Motors

Cima Motors, propriété de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, est l’un des rares concessionnaires dont le chiffre d’affaires à l’importation a considérablement augmenté en 2014. En 2014, CMA Motors, concessionnaire multimarques, a importé 6 391 véhicules pour un peu plus de 10 milliards de dinars. En 2013, la même société avait importé 5163 véhicules pour près de 5,9 milliards de dinars !

Des concessionnaires inconnus

Sur le juteux marché du véhicule neuf et aux cotés de grandes marques européennes et asiatiques, pullulent de nombreux opérateurs très peu connus. Par exemple, la SARL Prox4 (représentant de Yamaha) qui a importé 65 unités en 2014 pour un peu plus de 5,6 millions de dinars ou encore la SARL CVM Motors qui a importé seulement 16 véhicules en 2014 pour une valeur de 46,5 millions de dinars.

On peut également citer la SARL Ans (22 unités en 2014), la société industrielle de papiers et alu qui a importé 455 véhicules en 2014 pour 1,8 milliard de dinars, la société Peng PU (90 véhicules importés en 2014), ou enfin Farid Auto (293 unités importées en 2014).

Source:TSA

Comment créer une entreprise en Algérie?

La loi algérienne  prévoit les principales formes de sociétés connues en France ou en Europe, telles que la société anonyme ( ou société par actions en droit Algérien ) ou la société à responsabilité limitée. Les modalités de fonctionnement de ce type de sociétés sont proches de celles en cours, en France par exemple.

Une personne physique ou morale non résidente peut créer en Algérie une société de droit Algérien et y détenir l’intégralité du capital ; elle peut tout autant s’associer à une autre personne résidente ou non – résidente.
Toutes les formes classiques de sociétés sont admises y compris la Société à Responsabilité Limitée avec plusieurs associés (S.A.R.L) ou un associé unique, (L’E.U.R.L).

Le capital minimum pour une S.A.R.L ou E.U.R.L est de 100.000 Dinars (environ 1000 €). Continuer la lecture de Comment créer une entreprise en Algérie?

les formes juridiques d’implantation en Algérie

1. Les sociétés commerciales: 
L’obligation pour toute société d’être constituée d’un actionnariat local résident à hauteur de 51% ou 30% dans certains cas.

1.1. La société par actions (SPA)
C’est une société dont le capital est divisé en actions et qui est constituée entre actionnaires qui ne supportent les pertes qu’à concurrence de leurs apports.

1.2. La société à responsabilité limitée (SARL)
Elle est instituée par deux ou plsieurs associés qui ne supportent les pertes qu’à concurrence de leurs apports.

1.3. L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( EURL)
Lorsque la société à responsabilité limitée n’est constituée que d’une seule personne, en tant qu’associé unique, celle ci est dénommée « entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée » (EURL).

1.4. La société en commandite simple (SCS)
Cette forme jurdique qui n’est pratiquement usitée en Algérie, permettrait pourtant de réunir des entrepreneurs acceptant, en qualité de commandités de prendre des risques sur le pattimoine personnel sous la condition de pouvoir réaliser des bénéfices importants tandis que les investisseurs, qui seraient les commanditaires, entenderaient limiter les risques tout en participant aux bénéfices.

1.5. La société en commandite par actions (SCA)
Sa création est envisagée lorsque des commandités, fondateurs de groupes économiques se réservent un pouvoir de gestion exorbitant à l’effet de faire obstacle à une offre Publique d’achat (OPA) inamicale.

1.6. La société en participation
elle est créé entre deux ou plusieurs personnes physiques. Elle possède trois caractéristiques majeures : il s’agit d’une société occulte , d’une société non ostensible et elle repose sur un principe intangible d’engagement aux dettes.

2. le groupement :
Il s’agit d’une structure particulière qui n’est pas vraiment une société commerciale et qui ne permet pas à elle seule une implantation en Algérie. Il s’agit cependant d’un mode utilisé fréquemment par les sociétés étrangères pour opérer en Algérie dans la mesure où elles le font avec d’autres personnes morales résidentes.

3. Le bureau de liaison :
réputé n’exercer aucune activité lucrative et ne disposer d’aucun revenu local.

4. La succursale :
L’établissement de succursale est considérée comme un investissement étranger. A ce titre, cet établissement est soumis aux dispositions de l’ordonnance relative au développement de l’investissement. Mais l’absence de personnalité morale distincte ne permettant pas la mise en place de partenariat,l’ouverture de succursale par des entreprises étrangères est difficilement envisageable depuis.

5. L’établissement permanent :
cette notion regroupe la notion d’établissement qui est strictement rattachée à l’application des conventions de non double imposition signées par l’Algérie et une notion plus générale d’établissement qui définit la présence en Algérie de sociétés étrangères pour le temps d’exécution d’un contrat.

Pourquoi investir en Algérie?

L’Algérie est le neuvième (9) plus grand pays au monde et le premier en Afrique avec une superficie de 2.381.741 km2, 1400 km de côtes et 4O millions d’habitants.

L’Algérie c’est aussi…
– 15e place en matière de réserves mondiales pétrolières (45 milliards de tonnes en équivalent pétrole pour les réserves prouvées en pétrole),
– 18e producteur de pétrole –
12e exportateur de pétrole Gaz –
7e place dans le monde en matière de ressources prouvées en gaz, –
5e producteur et 3e exportateur de gaz. –
3e fournisseur de l’Union Européenne en gaz naturel –
4e fournisseur énergétique total de l’Union Européenne Autres ressources
– 3000 heures d’ensoleillement par an
– Autres richesses : phosphate, zinc, fer, or, uranium, tungstène, kaolin, silicium etc.

– Salaire : Secteur public : entre 222 et 540 Euro
Secteur privé : entre 200 et 700 Euro
SMIG : 180 Euro Energie :
– Gaz naturel: 18 à 37 centimes d’Euro /thermie
– Electricité : 1.14 Euro le KWH (en moyenne)
– Essence super : 23 centimes d’Euro /litre
– Gas Oil :13.7 centimes d’Euro/litre
-Téléphonie : Fixe : National entre 3 et 8 centimes d’Euro /unité International : entre 12 – 15 centimes d’Euro /unité Cellulaire : National 6 – 15 centimes d’Euro/unité