Archives de catégorie : Immobilier

Lancement d’un portail d’affaires « E-partenariat » : En un clic

La Chambre de commerce et d’industrie algero-francaise (CCIAF) a lancé, hier, en collaboration avec les Pages Maghreb, un portail d’affaires dénommé « e-partenariat ». Continuer la lecture de Lancement d’un portail d’affaires « E-partenariat » : En un clic

Coopération algéro-portugaise : signature de neuf accords dans divers secteurs

L’Algérie et le Portugal ont procédé, hier à Alger, à la signature de neuf accords portant sur la coopération dans divers secteurs stratégiques entre les deux pays.
Ainsi, six mémorandums, deux protocoles de coopération et un programme d’échange culturel ont été signés par les ministres des secteurs concernés, en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et son homologue portugais, Pedro Passos Coelho. 
S’exprimant lors d’un point de presse tenu à cette occasion, Sellal a mis l’accent sur l’importance de ces accords dans la relance de l’économie nationale. «Les mémorandums d’entente permettront de renforcer les relations bilatérales dans divers secteurs, notamment le secteur du tourisme, de la formation, de l’énergie et de l’environnement», a-t-il précisé. Le Premier ministre algérien a indiqué, en outre, que les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu une évolution importante ces dernières années dans divers domaines, notamment le domaine de l’énergie et de l’habitat. 
Il a cité, a ce propos, un projet de partenariat entre des entreprises portugaises et algériennes pour la construction de 50 000 logements en Algérie. Sellal a souligné que la mission principale du gouvernement est de développer l’économie hors hydrocarbures. C’est pour cela, a-t-il expliqué, que «nous devons exploiter de nouvelle ressources et multiplier les partenariats avec nos homologues étrangers».
 «Notre politique doit être orientée vers le mix énergétique», a-t-il martelé. Sellal a annoncé, dans ce contexte, que le gouvernement projette de lancer dans les plus brefs délais le projet énergétique Desertec destiné à alimenter en électricité le continent européen à partir des plateformes solaires et éoliennes. 
«L’Algérie à un potentiel énorme en énergie solaire et ce projet doit voir le jour», a-t-il dit. Pour sa part, Pedro Passos Coelho a exprimé la volonté de son pays de renforcer la coopération avec l’Algérie pour améliorer le climat des affaires dans plusieurs domaines. Il a exprimé sa pleine satisfaction quant à la signature des protocoles d’accord entre les deux pays, expliquant que c’est une opportunité pour développer les instruments permettant d’approfondir les échanges commerciaux entre les deux pays. 
Le Premier ministre portugais a fait remarquer qu’il y avait une prédominance des échanges bilatéraux dans le domaine des travaux publics et de l’énergie. «L’Algérie a un programme ambitieux de modernisation dans le secteur de l’énergie et de l’agriculture», a-t-il relevé, ajoutant : «Nous voulons travailler ensemble pour concrétiser ce programme et échanger nos expériences dans ces secteurs». 
Le même responsable a également exprimé son souhait de renforcer les relations bilatérales dans le secteur des énergies renouvelables, car, dit-il, «les deux pays ont un potentiel solaire immense et doivent l’exploiter».
L’expérience algérienne saluée 
S’agissant par ailleurs du volet politique, Sellal et son homologue portugais ont affirmé que les deux pays sont sur la même longueur d’onde quant à la situation de crise qui prévaut au Sahel et en Libye. «L’expérience algérienne dans la lutte contre le terrorisme est reconnue à l’échelle internationale», a affirmé Sellal. «Nos homologues étrangers soutiennent nos démarches pour rétablir l’ordre dans ces régions», ajoutera-t-il.
 Il a fait savoir, à ce titre, que le gouvernement algérien a réuni, récemment, vingt représentants des mouvements libyens autour d’un dialogue en vue de dégager un consensus pour une sortie de crise en Libye. Continuer la lecture de Coopération algéro-portugaise : signature de neuf accords dans divers secteurs

Prêts immobiliers : Société Générale Algérie lance une nouvelle offre

La Société Générale Algérie a annoncé, hier, le lancement de sa nouvelle offre de prêts immobiliers destinés aux particuliers désirant acquérir, rénover ou construire leurs logements.

«Cette nouvelle offre de prêt est très avantageuse du fait qu’elle offre au client non seulement les moyens de réaliser son projet, mais aussi un gain de temps très important en matière de traitement de la demande et une durée de remboursement beaucoup plus longue, qui passe de 20 à 30 ans», souligne un communiqué de la banque parvenu hier à notre rédaction.

Cette nouvelle offre «s’inscrit dans l’engagement de la banque à accompagner les efforts de ses clients et de tous les particuliers dans leurs ambitions de se lancer dans l’acquisition, la rénovation ou la construction de leurs projets immobiliers, en s’appuyant notamment sur une gamme de financements innovante et attractive», ajoute Société Générale Algérie, qui s’engage à répondre en une durée ne dépassant pas les 48 heures pour toute demande de prêt immobilier pour travaux.

Avec cette nouvelle offre, la banque affirme avoir «renforcé son dispositif d’accompagnement des particuliers souhaitant réaliser leurs projets immobiliers, qu’il s’agisse du réseau de proximité (mise en place d’assistants commerciaux et de conseillers) ou de l’accès à l’expertise
métier». Dans le cadre de la promotion de cette offre, Société Générale Algérie participera aux salons de l’immobilier qui se tiendront ce mois-ci, à savoir le Batimatec d’Oran qui aura lieu du 9 au 14 mars et le Salon du promoteur qui se déroulera à Béjaïa du 21 au 25 mars, conclut le communiqué.

Source: Elwatan

Continuer la lecture de Prêts immobiliers : Société Générale Algérie lance une nouvelle offre

Forum économique algéro-polonais : signature d’une déclaration de coopération

Une déclaration conjointe entre l’Algérie et la Pologne pour le développement économique et industriel a été signée à Alger dans le but d’encourager les entreprises polonaises à s’installer davantage en Algérie et de doubler le volume des échanges commerciaux entre les deux pays.

Le document a été paraphé par le ministre de l’Industrie et des mines Abdessalem Bouchouareb et le vice Premier ministre et ministre de l’Economie polonais Janusz Piechoncinski, à l’occasion de la tenue d’un forum économique algéro-polonais. Continuer la lecture de Forum économique algéro-polonais : signature d’une déclaration de coopération

Plusieurs projets de partenariat algéro-américains en cours

Plusieurs projets de partenariat algéro-américains sont à l’étude dans différents domaines notamment l’agriculture, a indiqué lundi à Alger le ministre de l’Industrie et des Mines Abdesselam Bouchouareb évoquant un projet de fabrication de matériel agricole avec le constructeur Massey-Ferguson. « Actuellement, nous sommes en train de réfléchir sur certains nombre de projets dans divers domaines comme l’agriculture, les médicaments, l’hôtellerie et le tourisme », a déclaré M. Bouchouareb en marge d’une rencontre avec le secrétaire d’Etat américain adjoint chargé des Affaires économiques et commerciales, Charles Rivkin.

Le ministre a fait état d’un projet de fabrication de matériel aratoire en Algérie en partenariat avec le groupe américain AGCO Massey-Ferguson.

Ce projet sera destiné à satisfaire les besoins du marché national et à l’exportation vers les pays africains, très demandeurs de ce type de matériels agricoles.

Massey-Ferguson est déjà présent en Algérie à travers deux sociétés: la première de fabrication des tracteurs agricoles alors que la deuxième est spécialisée dans la construction de moissonneuses-batteuses à Constantine.

L’Algérie et les Etats-Unis sont déjà liés par deux accords de partenariat dans le domaine de l’industrie pharmaceutique. Le premier porte sur la création d’un pôle biotechnologique de Sidi Abdallah dont le projet d’accord avait été signé en juin dernier à San Diego (Californie) par le laboratoire algérien de contrôle des produits pharmaceutiques et par la Fondation américaine des industriels et de la recherche pharmaceutiques (PhRMA).

Le deuxième accord concerne une joint-venture de partenariat conclu en octobre dernier à Chicago entre la société CIAL Pharma, filiale du groupe privé ETRHB, et la firme américaine de systèmes de radiothérapie Varian.

Pour M. Bouchouareb, la visite du responsable américain, qui était accompagné d’une trentaine d’hommes d’affaires reflète la volonté politique des deux pays d’intensifier leur partenariat hors hydrocarbures et diversifier l’économie algérienne.

De son côté, M. Rivkin, qui était accompagné par l’assistante au secrétaire d’Etat américain aux affaires du Proche-Orient, Mme Anne Patterson, a exprimé l’intérêt de plusieurs opérateurs américains à investir en Algérie.

Il a émis également le souhait de voir les relations économiques algéro-américaines se développer à travers la concrétisation de nouveaux partenariats.

Les échanges commerciaux entre l’Algérie et les Etats-Unis avaient totalisé en 2014 quelque 7,5 milliards de dollars avec des importations algériennes de l’ordre de 2,85 milliards de dollars et des exportations de 4,7 milliards de dollars.
Une centaine d’entreprises américaines sont présentes actuellement en Algérie, selon le Conseil d’affaires algéro-américain. Continuer la lecture de Plusieurs projets de partenariat algéro-américains en cours

Investissements: le marché algérien en pleine attractivité

Le bilan des projets d’investissements déclarés en 2014 auprès de l’Agence nationale de développement des investissements (ANDI) montre « une dynamique de développement des investissements et un marché en pleine attractivité », a souligné à l’APS le Directeur général de cette agence, Abdelkrim Mansouri. Continuer la lecture de Investissements: le marché algérien en pleine attractivité

Comment obtenir un visa d’affaires pour l’Algérie ?

Documents à fournir au consulat pour votre demande de visa :

– Lettre d’invitation professionnelle qu’une entreprise algérienne vous fournira.

– l’ordre de mission de votre société pour la ou les personnes qui se déplacent .

– Attestation d’assurance (voir assistance médicale au dos de votre carte bleue).

– passeport (validité + 6 mois) .

– photocopie passeport (pages photo et adresse).

– 2 ou 3 photos d’identité selon le consulat.

– 85 euros en espèces par personne.

– formulaires de demande de visa dûment complétés en 2 exemplaires.

Attention ! Le délai d’obtention des visas est désormais de 14 jours

L’achat d’un bien immobilier en France par un algérien

L’achat en France par un algérien
Avant tout investissement immobilier en France, un ressortissant algérien doit se rapprocher d’un professionnel pour connaître les conditions auxquelles sera soumis cet investissement.

L’acquéreur
Il faudra tout d’abord étudier la nationalité de l’acquéreur ainsi que son régime matrimonial, s’il est marié.
Sachant que c’est la loi du lieu de situation du bien qui s’applique en matière immobilière, la loi française va donc s’imposer.
Les conséquences sur l’achat seront donc très importantes quant à la propriété du bien immobilier ainsi que pour sa revente éventuelle ou sa transmission ultérieure.
Il faut savoir que les membres de l’Union Européenne, ainsi que les ressortissants de pays étrangers ayant signé une convention spéciale avec la France, bénéficient de régimes particuliers (convention bilatérale, Convention de la Haye…) Exemple : un ressortissant étranger membre de l’union Européenne, dans le pays duquel le conjoint est automatiquement héritier et qui peut, dans son pays, modifier à sa guise son régime matrimonial, pourra simplement, pour faire échec au droit français qui s’appliquerait en cas de décès (conjoint héritier pour partie seulement ou simple usufruitier en présence d’enfants), adopter la communauté universelle avec attribution au profit du conjoint survivant, de la pleine propriété des biens immobiliers acquis en France, conformément à la Convention de La Haye.
Rien n’empêche également l’acquéreur algérien  de constituer une société pour acquérir ; là encore, selon le statut choisi, le régime juridique et fiscal du bien acquis différera.

Le financement
L’acquisition d’un bien immobilier en France va nécessiter des transferts de fonds parfois importants. Ces transferts sont soumis à vérification de la part des intermédiaires (Banques, Etablissements de crédit).
Les notaires doivent également vérifier la provenance des fonds pour faire échec aux opérations de blanchiment d’argent. Ils peuvent être appelés à faire des déclarations s’ils ont un doute sérieux quant à l’origine des fonds utilisés (TRACFIN).
Les notaires doivent également assurer la sécurité des transactions dont ils sont responsables vis-à-vis de l’acquéreur étranger et du vendeur. Là encore, ils vérifieront les transferts ou virements qui leur seraient adressés et le sérieux des établissements bancaires qui les auront effectués.

La fiscalité
Le régime fiscal applicable pour un bien immobilier acheté en France devra également être expliqué à l’acquéreur algérien : le coût, les divers taxes et frais.
Mais également les impôts qui devront être réglés selon que le bien servira à la résidence principale ou constituera un investissement à but locatif.
Des choix qui seront faits lors de l’achat, dépendra souvent la fiscalité qui sera applicable durant la détention du bien ou lors de sa revente ultérieure (T.V.A., plus-value, intervention d’un représentant accrédité…). Là encore, des régimes très différents existent allant de l’exonération jusqu’à de fortes impositions.
Pour étudier tous ces aspects, l’acheteur algérien d’un bien immobilier en France devra consulter un notaire qui saura, avant tout engagement, le conseiller et sécuriser son investissement.

Comment créer une entreprise en Algérie?

La loi algérienne  prévoit les principales formes de sociétés connues en France ou en Europe, telles que la société anonyme ( ou société par actions en droit Algérien ) ou la société à responsabilité limitée. Les modalités de fonctionnement de ce type de sociétés sont proches de celles en cours, en France par exemple.

Une personne physique ou morale non résidente peut créer en Algérie une société de droit Algérien et y détenir l’intégralité du capital ; elle peut tout autant s’associer à une autre personne résidente ou non – résidente.
Toutes les formes classiques de sociétés sont admises y compris la Société à Responsabilité Limitée avec plusieurs associés (S.A.R.L) ou un associé unique, (L’E.U.R.L).

Le capital minimum pour une S.A.R.L ou E.U.R.L est de 100.000 Dinars (environ 1000 €). Continuer la lecture de Comment créer une entreprise en Algérie?

les formes juridiques d’implantation en Algérie

1. Les sociétés commerciales: 
L’obligation pour toute société d’être constituée d’un actionnariat local résident à hauteur de 51% ou 30% dans certains cas.

1.1. La société par actions (SPA)
C’est une société dont le capital est divisé en actions et qui est constituée entre actionnaires qui ne supportent les pertes qu’à concurrence de leurs apports.

1.2. La société à responsabilité limitée (SARL)
Elle est instituée par deux ou plsieurs associés qui ne supportent les pertes qu’à concurrence de leurs apports.

1.3. L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( EURL)
Lorsque la société à responsabilité limitée n’est constituée que d’une seule personne, en tant qu’associé unique, celle ci est dénommée « entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée » (EURL).

1.4. La société en commandite simple (SCS)
Cette forme jurdique qui n’est pratiquement usitée en Algérie, permettrait pourtant de réunir des entrepreneurs acceptant, en qualité de commandités de prendre des risques sur le pattimoine personnel sous la condition de pouvoir réaliser des bénéfices importants tandis que les investisseurs, qui seraient les commanditaires, entenderaient limiter les risques tout en participant aux bénéfices.

1.5. La société en commandite par actions (SCA)
Sa création est envisagée lorsque des commandités, fondateurs de groupes économiques se réservent un pouvoir de gestion exorbitant à l’effet de faire obstacle à une offre Publique d’achat (OPA) inamicale.

1.6. La société en participation
elle est créé entre deux ou plusieurs personnes physiques. Elle possède trois caractéristiques majeures : il s’agit d’une société occulte , d’une société non ostensible et elle repose sur un principe intangible d’engagement aux dettes.

2. le groupement :
Il s’agit d’une structure particulière qui n’est pas vraiment une société commerciale et qui ne permet pas à elle seule une implantation en Algérie. Il s’agit cependant d’un mode utilisé fréquemment par les sociétés étrangères pour opérer en Algérie dans la mesure où elles le font avec d’autres personnes morales résidentes.

3. Le bureau de liaison :
réputé n’exercer aucune activité lucrative et ne disposer d’aucun revenu local.

4. La succursale :
L’établissement de succursale est considérée comme un investissement étranger. A ce titre, cet établissement est soumis aux dispositions de l’ordonnance relative au développement de l’investissement. Mais l’absence de personnalité morale distincte ne permettant pas la mise en place de partenariat,l’ouverture de succursale par des entreprises étrangères est difficilement envisageable depuis.

5. L’établissement permanent :
cette notion regroupe la notion d’établissement qui est strictement rattachée à l’application des conventions de non double imposition signées par l’Algérie et une notion plus générale d’établissement qui définit la présence en Algérie de sociétés étrangères pour le temps d’exécution d’un contrat.