Archives par mot-clé : Algérie

Marché des cosmétiques en Algérie

Considéré comme encore étroit, le secteur cosmétique en Algérie est relativement porteur et concurrentiel, aux yeux des professionnels. Il enregistre annuellement un taux de croissance de 12% par an. Une large gamme de maquillage, shampoings, crèmes, huiles, masques de beauté, parfums et démaquillants inonde chaque jour le marché national.

Cet engouement répond à une tendance : les Algériens soignent de plus en plus leur apparence et se soucient de leur bien-être.

Selon les douanes algériennes, la France reste le partenaire privilégié. Elle fournit la plupart des produits cosmétiques pour l’Algérie comme les huiles essentielles, des eaux distillées aromatiques et des shampoings…etc. Pour les produits de beauté et maquillage, la Chine est devenue le partenaire principal.

Algérie- Qatar : vers une nouvelle coopération énergétique

Deux projets de partenariat algero-qatari dans le domaine de la pétrochimie sont actuellement à l’étude.

Il s’agit d’un projet de partenariat entre les groupes algériens Mines Algérie (Minal) et Asmidal et la compagnie Qatar Petroleum pour la transformation chimique du phosphate à Oued El Kebrit (Souk Ahras), avec une capacité de production de 5 millions de tonnes par an.

Le second projet qui concerne la production d’engrais à Hdjar Soud (Skikda) sera réalisé dans le cadre d’un partenariat entre le groupe Asmidal et l’Office national des substances explosives « Onex », d’une part, et la compagnie Qatar Petroleum,d’autre part.

L’Algérie et le Qatar avaient signé en janvier 2013, deux mémorandums d’entente concernant ces deux projets qui viennent s’ajouter au projet du complexe métallurgique et sidérurgique de Bellara (Jijel) dont la première pierre sera posée début mars.

Le projet de Bellara est l’un des plus importants projets d’investissement communs entre l’Algérie et le Qatar.

Plan quinquennal 2015 – 2019: Le BTPH absorbera 50 milliards Usd

Le secteur du bâtiment et des travaux publics est sur les tablettes de l’actuelle gouvernement. Le secteur des transports, en particulier pour l’Autoroute transsaharienne, traversant la Tunisie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Nigeria, et les projets pour le prochain quinquennal (2015-2019) déjà énoncés sont toujours en attente. On notera 1 000 km d’autoroutes, 700 km de voies express et plus de 7 000 km de routes et chemins nationaux, la construction de 1 500 ouvrages d’arts. L’autoroute dans les Hauts-Plateaux, en cours d’étude dont le coût atteindra près de 700 Mds de dinars pour une longueur de 1 000 km. Pour ce faire, des groupements d’entreprises nationales seront sollicités par le Ministère du BTP, exigeant toutefois “une expérience et un savoir-faire avéré”. Concernant la Transsaharienne, il lui reste un tronçon qui totalise environ 400 km afin de raccorder les ports du littoral aux wilayas du Sud, poussant même l’initiative plus loin, en atteignant le Mali, le Niger et le Tchad.

Le bâtiment à travers divers programmes de construction

A fin 2013, 1,9 million de logements ont été lancés, soit 85% du volume total, du bâtiment tertiaire, 5 villes nouvelles, 172 hôpitaux, 80 stades, etc. Entrepreneurs et experts s’accordent à dire que le secteur du bâtiment et des travaux publics a une grande part dans la croissance économique de l’Algérie mais ils affirment qu’il est encore trop tôt pour établir un bilan de cette activité en 2013.

Cette carence n’empêche pas le président du Collège national des experts architectes, Abdelhamid Boudaoud, et le président de la Confédération générale des entreprises algériennes, Habib Yousfi, d’évaluer ce marché à plusieurs milliards de dollars.

En se basant sur un montant de 30 milliards de dollars pour le secteur de l’habitat en cinq ans, Boudaoud indique que chaque année, ce sont 6 milliards de dollars qui sont alloués à ce secteur. Globalement, il souligne que près de la moitié des 286 milliards de dollars alloués à l’investissement en cinq ans, près de la moitié est destinée au secteur du BTPH, soit 140 milliards de dollars. Chaque année, ce sont près de 30 milliards de dollars qui sont, donc, versés à ce domaine d’activité.

Le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali, a souligné que 25 milliards de dollars sont alloués à son secteur en cinq ans, ce qui donne 5 milliards par année. La différence entre ces diverses données est expliquée par le sens donné au secteur des travaux publics qui dépasse dans sa globalité la dénomination réservée à un seul ministère et les projets qui lui sont rattachés.

L’économiste Abderrahmane Mebtoul, se référant aux données du FMI, indique que même si plus de 40% du produit intérieur brut sont générés par les hydrocarbures, en réalité, c’est le BTPH qui tire la croissance actuelle grâce aux investissements qui sont consentis.

La même source estime que malgré ces investissements, le secteur n’a pas amélioré ses performances car toutes les conditions ne sont pas réunies pour ce faire ce qui aurait pu contribuer davantage à la croissance.

Ainsi, il constate un écart entre le niveau de décaissement effectif et la faiblesse de la capacité du marché algérien à absorber les investissements projetés, notamment du secteur du BTP.

La faiblesse des capacités d’absorption des entreprises est aussi signalée par Habib Yousfi, président de la Confédération générale des entreprises algériennes, qui met l’accent sur d’autres problèmes en espérant que le gouvernement puisse contribuer à leur règlement en collaboration avec le patronat.

Il est à rappeler que quatre sous-commissions issues du groupe de travail de la dernière tripartie, chargées du secteur du bâtiment et des travaux publics, ont été installées.

Elles ont pour mission de proposer les modalités de facilitation de la participation des entreprises nationales du secteur à la réalisation du programme national de l’équipement. La révision des textes juridiques relatifs, notamment, aux cahiers de charges et à la promotion immobilière ainsi qu’au développement des entreprises nationales activant dans le bâtiment et les travaux publics sont des points à l’ordre du jour.

L’un des domaines pour lesquels des prévisions précises sont élaborées est celui du ciment car les besoins de consommation appellent de nouveaux investissements.

La production nationale de ciment pourrait atteindre 44 millions de tonnes par an à l’horizon 2022 grâce à l’installation de nouvelles cimenteries dans de nombreuses régions du pays, avait indiqué le président du conseil d’administration de l’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM), Hocine Anane.

Selon ce responsable, les prévisions de consommation annuelle de ciment en Algérie en 2020 sont de 30 millions de tonnes, ce qui permet de dégager un surplus pour l’exportation. Actuellement, le pays dispose de 14 cimenteries, dont deux appartiennent au secteur privé avec une capacité de production installée de 19,5 millions de tonnes par an, alors que la consommation varie entre 20 et 21 millions de tonnes.

Produits rouges, agrégats, agglomérés, plâtres, rond à béton, sable sont d’autres matériaux de construction dont la demande ne cesse d’augmenter en parallèle avec les programmes de construction de logements, d’infrastructures de base et de réalisation de routes et de barrages.

L’importation compense le manque de production nationale. Le manque à gagner en production nationale est alors compensé par les importations qui sont aussi un indicateur sur l’activité du secteur.

Matériaux de construction

Les importations des principaux matériaux de construction (ciments, bois et aciers) ont atteint 1,64 milliard de dollars rien que lors des six premiers mois de 2013 contre 1,63 milliard de dollars à la même période en 2012, selon le Centre national de l’informatique et des statistiques.

En volume, les quantités importées sont passées de 3,556 millions de tonnes au 1er semestre 2012 à 4,767 millions de tonnes à la même période de 2013, soit une hausse (34%) tirée principalement par les importations de ciment qui ont augmenté de près de 93%.

En effet, les importations de ciment ont accentué leur hausse durant le 1er semestre 2013 en termes de valeur et de quantité, situation encouragée par le lancement d’importants projets de construction et de la demande interne. Cette hausse entamée depuis 2012, où les importations ont presque doublé, a été de près de 85,96% en valeur à 211,59 millions de dollars durant le 1er semestre 2013, contre 113,78 millions à la même période de 2012. Les quantités importées ont connu également une forte hausse de près de 93%, passant de 1,240 million de tonnes à 2,393 millions de tonnes durant la même période de référence.

Pour rappel, pour toute l’année 2012, les importations des matériaux de construction ont augmenté de près de 12%, totalisant 2,89 milliards de dollars. Cette hausse a été tirée par les importations de ciment qui ont augmenté de 94,67% pour atteindre 244,4 millions de dollars. La situation n’a guère évolué lors du troisième trimestre 2013. D’ailleurs, la facture des importations a augmenté de 26% pour dépasser 2,8 milliards de dollars durant les neuf premiers mois de 2013, a indiqué, fin octobre dernier, le même Centre national. Les importations des principaux matériaux ont alors atteint 2,85 milliards de dollars de janvier à septembre derniers contre 2,26 milliards de dollars durant la même période en 2012, soit plus de 26,06%.

Les quantités importées sont passées de 5,34 millions de tonnes durant les neuf premiers mois en 2012 à 18,38 millions de tonnes à la même période en 2013, enregistrant une hausse vertigineuse de 244%, tirée principalement par les importations de ciment (65%), de fer et d’acier (28%) ainsi que le bois (4%).

Source:

Le marché automobile algérien

L’Algérie compte 55 importateurs de véhicules pour un marché de plusieurs milliards de dollars. En 2014, ils ont importé 411 433 voitures pour plus de 439 milliards de dinars contre 526 984 unités pour plus de 510 milliards en 2013, selon les chiffres officiels des douanes obtenus par TSA.

Renault domine, Peugeot baisse

Le français Renault domine le marché avec des importations de 101 472 véhicules pour une valeur de 88,5 milliards de dinars en 2013 contre 89 435 unités et une valeur de 76,1 milliards en 2014.

Parmi les concessionnaires les plus touchés par le recul du marché en 2014 figurent notamment Peugeot et Diamal. La marque au lion a vu ses importations passer de 70 439 unités en 2013 pour près de 64 milliards de dinars à 41 127 unités pour un peu plus de 42 milliards en 2014.

De son coté, Diamal qui représente plusieurs marque, dont Opel, a souffert. Ses importations ont dégringolé, passant de 26 891 unités en 2013 pour une valeur de 25 milliards de dinars à 11 938 unités pour près de 12,5 milliards. La SARL GMS, qui commercialise notamment la marque Mercedes, a été également touchée par la crise. Ses importations sont passées de 10 282 véhicules pour une valeur de 14 milliards de dinars à 3 417 unités pour 7,8 milliards.

Forte hausse des achats de Cima Motors

Cima Motors, propriété de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, est l’un des rares concessionnaires dont le chiffre d’affaires à l’importation a considérablement augmenté en 2014. En 2014, CMA Motors, concessionnaire multimarques, a importé 6 391 véhicules pour un peu plus de 10 milliards de dinars. En 2013, la même société avait importé 5163 véhicules pour près de 5,9 milliards de dinars !

Des concessionnaires inconnus

Sur le juteux marché du véhicule neuf et aux cotés de grandes marques européennes et asiatiques, pullulent de nombreux opérateurs très peu connus. Par exemple, la SARL Prox4 (représentant de Yamaha) qui a importé 65 unités en 2014 pour un peu plus de 5,6 millions de dinars ou encore la SARL CVM Motors qui a importé seulement 16 véhicules en 2014 pour une valeur de 46,5 millions de dinars.

On peut également citer la SARL Ans (22 unités en 2014), la société industrielle de papiers et alu qui a importé 455 véhicules en 2014 pour 1,8 milliard de dinars, la société Peng PU (90 véhicules importés en 2014), ou enfin Farid Auto (293 unités importées en 2014).

Source:TSA

L’achat d’un bien immobilier en France par un algérien

L’achat en France par un algérien
Avant tout investissement immobilier en France, un ressortissant algérien doit se rapprocher d’un professionnel pour connaître les conditions auxquelles sera soumis cet investissement.

L’acquéreur
Il faudra tout d’abord étudier la nationalité de l’acquéreur ainsi que son régime matrimonial, s’il est marié.
Sachant que c’est la loi du lieu de situation du bien qui s’applique en matière immobilière, la loi française va donc s’imposer.
Les conséquences sur l’achat seront donc très importantes quant à la propriété du bien immobilier ainsi que pour sa revente éventuelle ou sa transmission ultérieure.
Il faut savoir que les membres de l’Union Européenne, ainsi que les ressortissants de pays étrangers ayant signé une convention spéciale avec la France, bénéficient de régimes particuliers (convention bilatérale, Convention de la Haye…) Exemple : un ressortissant étranger membre de l’union Européenne, dans le pays duquel le conjoint est automatiquement héritier et qui peut, dans son pays, modifier à sa guise son régime matrimonial, pourra simplement, pour faire échec au droit français qui s’appliquerait en cas de décès (conjoint héritier pour partie seulement ou simple usufruitier en présence d’enfants), adopter la communauté universelle avec attribution au profit du conjoint survivant, de la pleine propriété des biens immobiliers acquis en France, conformément à la Convention de La Haye.
Rien n’empêche également l’acquéreur algérien  de constituer une société pour acquérir ; là encore, selon le statut choisi, le régime juridique et fiscal du bien acquis différera.

Le financement
L’acquisition d’un bien immobilier en France va nécessiter des transferts de fonds parfois importants. Ces transferts sont soumis à vérification de la part des intermédiaires (Banques, Etablissements de crédit).
Les notaires doivent également vérifier la provenance des fonds pour faire échec aux opérations de blanchiment d’argent. Ils peuvent être appelés à faire des déclarations s’ils ont un doute sérieux quant à l’origine des fonds utilisés (TRACFIN).
Les notaires doivent également assurer la sécurité des transactions dont ils sont responsables vis-à-vis de l’acquéreur étranger et du vendeur. Là encore, ils vérifieront les transferts ou virements qui leur seraient adressés et le sérieux des établissements bancaires qui les auront effectués.

La fiscalité
Le régime fiscal applicable pour un bien immobilier acheté en France devra également être expliqué à l’acquéreur algérien : le coût, les divers taxes et frais.
Mais également les impôts qui devront être réglés selon que le bien servira à la résidence principale ou constituera un investissement à but locatif.
Des choix qui seront faits lors de l’achat, dépendra souvent la fiscalité qui sera applicable durant la détention du bien ou lors de sa revente ultérieure (T.V.A., plus-value, intervention d’un représentant accrédité…). Là encore, des régimes très différents existent allant de l’exonération jusqu’à de fortes impositions.
Pour étudier tous ces aspects, l’acheteur algérien d’un bien immobilier en France devra consulter un notaire qui saura, avant tout engagement, le conseiller et sécuriser son investissement.

Comment créer une entreprise en Algérie?

La loi algérienne  prévoit les principales formes de sociétés connues en France ou en Europe, telles que la société anonyme ( ou société par actions en droit Algérien ) ou la société à responsabilité limitée. Les modalités de fonctionnement de ce type de sociétés sont proches de celles en cours, en France par exemple.

Une personne physique ou morale non résidente peut créer en Algérie une société de droit Algérien et y détenir l’intégralité du capital ; elle peut tout autant s’associer à une autre personne résidente ou non – résidente.
Toutes les formes classiques de sociétés sont admises y compris la Société à Responsabilité Limitée avec plusieurs associés (S.A.R.L) ou un associé unique, (L’E.U.R.L).

Le capital minimum pour une S.A.R.L ou E.U.R.L est de 100.000 Dinars (environ 1000 €). Continuer la lecture de Comment créer une entreprise en Algérie?

visas pour l’Algérie

cropped-8023330151.jpg

On ne compte pas moins de 12 catégories de visas disponibles pour pouvoir entrer sur le territoire algérien. Dans cet article, découvrez quelles sont les démarches à effectuer pour demander un visa pour l’Algérie.

Pour entrer en Algérie, la procédure de demande de visa est la même pour tous les types de visas disponibles. Si les documents à fournir diffèrent, il y a toutefois des documents communs à toutes les procédures. Il s’agit des suivants :

formulaire de demande de visa dûment rempli et signé en double exemplaire. Celui-ci est disponible à la représentation consulaire d’Algérie la plus proche de votre lieu d’habitation.
passeport valide pour plus de six mois ainsi que la copie de la page d’informations relatives au titulaire
deux photos d’identité récentes et identiques
attestation d’assurance couvrant le séjour ainsi que le rapatriement en cas de maladie ou de décès
acte de naissance ou copie de la page correspondante du livret de famille pour les mineurs.
Le visa touristique
Dans le cadre d’un séjour touristique, le voyageur devra également présenter une lettre d’invitation ou un certificat d’hébergement légalisé par la commune de résidence de l’invitant. Une confirmation de réservation d’hôtel ou une attestation établie par une agence de voyage peut également faire office de justificatif d’hébergement.

Le visa de travail et d’affaires
La demande du visa de travail doit être complétée par une autorisation provisoire de travail. Celle-ci est délivrée par les services compétents assignés à l’emploi et précède le permis de travail officiel. Une attestation visée par ces derniers doit également faire mention du fait que l’entreprise employant le travailleur étranger s’engage à prendre en charge son rapatriement en cas de rupture de contrat ou en fin de collaboration. Enfin, une copie du contrat de travail devra aussi être incluse dans le dossier.

Par ailleurs, pour un voyage professionnel d’une durée de trois mois maximum, il existe un visa de travail temporaire. Celui-ci est notamment délivré aux étrangers titulaires d’un contrat d’assistance ou de prestation de service conclu entre lui ou son employeur, avec une société ou un organisme présent et exerçant en Algérie. Pour en faire la demande, le dossier doit comprendre les documents requis par défaut pour l’obtention de tout type de visa, ainsi que la copie du contrat de travail dont la durée ne peut excéder trois mois.

Les hommes d’affaires en voyage en Algérie devront compléter leur demande de visa d’affaires en présentant une lettre de mission signée par l’employeur et faisant mention de l’objet du voyage, ainsi qu’une lettre d’invitation du partenaire algérien ou une attestation de prise en charge signée par l’organisme invitant le voyageur.

Pour les étudiants
Dans le cadre de la demande d’un visa d’études, le futur étudiant en Algérie doit fournir une attestation d’inscription à un établissement d’enseignement public ou privé agréé par l’État algérien. Il doit également prouver qu’il dispose des ressources financières nécessaires pour subvenir à ses besoins durant ses études en Algérie.

Visa de transit
Pour un visa de transit, valide pour une durée maximum de 7 jours, l’immigration algérienne demande au voyageur de fournir un justificatif de ressources pour la durée du transit. Ce permis est délivré aux voyageurs transitant par le territoire : ils doivent aussi prouver qu’ils sont autorisés à accéder au pays de destination au moyen d’un visa ou tout autre justificatif. Dans le cas des équipages de navires et d’aéronefs étrangers, un permis d’escale d’une durée de 2 à 7 jours sera délivré par les autorités compétentes.

Visa familial
Le visa familial est délivré aux personnes venues rendre visite à leurs proches en Algérie. Pour en faire la demande, il faudra compléter le dossier d’un document établissant le lien de parenté du requérant avec la personne ou la famille chargée de son hébergement.

Manifestations culturelles ou autre
Les professionnels des médias sont soumis au visa de presse. Dans leur cas, le formulaire de demande de visa de presse doit être rempli et signé en trois exemplaires et être accompagné d’une lettre de couverture signée par le média employeur, une photocopie de la carte de presse et, si cela est possible, une lettre d’invitation du partenaire algérien.

De l’autre côté, dans le cadre de la demande d’un visa culturel, une copie de l’invitation à un séminaire ou toute autre manifestation culturelle, scientifique ou sportive devra accompagner les documents requis pour tout type de visa. Un justificatif de ressources pour la durée du séjour sera également demandé.

Liens utiles :

Ministère des Affaires Etrangères algérien www.mae.gov.dz
Consulat général d’Algérie à Paris www.consulatalgerie-paris.org
Formulaire de demande de visa www.amb-algerie.

La réalisation de travaux d’aménagement des parcs industriels.

L’Agence Nationale d’Intermédiation et de Régulation Foncière, lance un avis d’appel à présélection national et international restreint en vue de l’établissement de la short list d’entreprises, bureaux d’études et cabinets d’expertise pour l’assistance à maitrise d’ouvrage en vue de la réalisation du programme des parcs industriels.

Source:ANIREF

Gaz de schiste en Algérie

L’Algérie dispose de 4.940 trillions de pieds cubes (TCF) de réserves de gaz de schiste, dont 740 TCF sont récupérables sur la base d’un taux de récupération de 15%, selon des évaluations réalisées par Sonatrach avec des compagnies pétrolières internationales sur cinq bassins sahariens, rapporte l’agence APS citant une source proche de Sonatrach.

Ces chiffres placent l’Algérie à la 4e position mondiale en termes de ressources techniquement récupérables, derrière les Etats-Unis, la Chine et l’Argentine, selon la même source.

Le groupe Sonatrach ne devrait achever le forage contesté du puits d’Ahnet près d’In Salah qu’à la fin de l’année 2015, selon cette source. Sonatrach prévoit de lancer en 2016 le forage de deux nouveaux puits pilotes, sur les bassins de Berkine (au sud-est de Hassi Messaoud) et au nord de Timimoun.

Source :TSA

Pourquoi investir en Algérie?

L’Algérie est le neuvième (9) plus grand pays au monde et le premier en Afrique avec une superficie de 2.381.741 km2, 1400 km de côtes et 4O millions d’habitants.

L’Algérie c’est aussi…
– 15e place en matière de réserves mondiales pétrolières (45 milliards de tonnes en équivalent pétrole pour les réserves prouvées en pétrole),
– 18e producteur de pétrole –
12e exportateur de pétrole Gaz –
7e place dans le monde en matière de ressources prouvées en gaz, –
5e producteur et 3e exportateur de gaz. –
3e fournisseur de l’Union Européenne en gaz naturel –
4e fournisseur énergétique total de l’Union Européenne Autres ressources
– 3000 heures d’ensoleillement par an
– Autres richesses : phosphate, zinc, fer, or, uranium, tungstène, kaolin, silicium etc.

– Salaire : Secteur public : entre 222 et 540 Euro
Secteur privé : entre 200 et 700 Euro
SMIG : 180 Euro Energie :
– Gaz naturel: 18 à 37 centimes d’Euro /thermie
– Electricité : 1.14 Euro le KWH (en moyenne)
– Essence super : 23 centimes d’Euro /litre
– Gas Oil :13.7 centimes d’Euro/litre
-Téléphonie : Fixe : National entre 3 et 8 centimes d’Euro /unité International : entre 12 – 15 centimes d’Euro /unité Cellulaire : National 6 – 15 centimes d’Euro/unité