Archives par mot-clé : Ali Haddad

RESERVES D’OR : L’Algérie au 25ème rang mondial avec 173,6 tonnes

Les réserves d’or de l’Algérie sont restées stables au deuxième semestre 2014 en s’établissant à 173,6 tonnes, soit le même niveau de réserves que le premier semestre de l’année dernière, selon le dernier rapport du Conseil mondial de l’Or (CMO). Avec 173,6 tonnes d’or, l’Algérie occupait à fin décembre 2014 la 25e place dans le classement mondial des réserves officielles d’or détenues par les États, perdant une place par rapport au classement du premier semestre 2014. Toujours selon le même rapport, les avoirs en or de l’Algérie ont représenté à fin décembre de l’année dernière 3,5% des réserves officielles globales du pays à l’étranger. L’Algérie s’est taillé une bonne place dans ce classement qui compte 100 pays. A la tête de ce classement, figurent les États-Unis avec 8.133,5 tonnes suivis de l’Allemagne (3.384,2 tonnes) et du FMI (2.814 tonnes) en tant que grand détenteur de réserves d’or dans le monde. Le CMO publie chaque semestre un classement mondial sur les réserves officielles d’or détenues par les États en puisant ses données du Fonds Monétaire Internationale (FMI). Mais seuls les pays qui communiquent leurs avoirs en or au FMI durant les six derniers mois précédant la publication du rapport figurent dans ce classement. Les réserves d’or de l’Algérie sont restées stables depuis plusieurs années. La Banque d’Algérie privilégie en effet l’accumulation des réserves de change (devises) sur celle des avoirs en or pour renforcer la position extérieure du pays. L’or, considéré comme une valeur refuge par les investisseurs, risque des fluctuations de prix sur les marchés internationaux qui pourraient corrélativement engendrer une volatilité des avoirs extérieurs du pays, avait déjà expliqué Mohamed Laksaci gouverneur de la Banque d’Algérie à ce propos. Actuellement, seules les réserves de change (devises) sont considérées par la Banque d’Algérie comme un critère d’appréciation de la résilience de l’économie face aux chocs extérieurs. « Si nous intégrons l’or dans l’appréciation de la résilience de l’économie nous pouvons avoir une volatilité des avoirs extérieurs corrélativement à la volatilité des prix de l’or. En réalité, nous n’avons pas besoin d’ajouter l’or dans nos réserves officielles pour dire que la position extérieure est appréciable », avait-il déclaré fin août 2012 en marge de la réunion des banques centrales africaines.  Continuer la lecture de RESERVES D’OR : L’Algérie au 25ème rang mondial avec 173,6 tonnes

L’Algérie 3e plus grand épargnant dans le monde

L’Algérie compterait parmi les pays qui épargnent le plus en termes de finances, selon le site d’information Investopedia qui a publié, mardi, une étude sur le taux d’épargne national de 170 pays.

Le classement révèle que l’Algérie est le 3e pays qui épargne le plus dans le monde. Se basant sur les données officielles du FMI et celles du CIA Factbook (données par pays établies par l’agence de renseignement américaine), Investopedia estime le taux d’épargne de l’Algérie (par rapport au PIB) à 54,31%.

Cela place le pays à la 3e position mondiale, derrière le Qatar (57,63%) et le Koweït (55,05%). Le PIB de l’Algérie est estimé à 227,8 milliards de dollars, ce qui en fait la 47e économie mondiale (sur 170). Continuer la lecture de L’Algérie 3e plus grand épargnant dans le monde

L’Algérie aura en 2015 son premier puits de pétrole en mer

L’Algérie compte forer cette année son premier puits de pétrole en mer, a annoncé lundi le ministre de l’Energie Youcef Yousfi en faisant par ailleurs état d’une hausse de la production des raffineries du pays en 2014.

La production des raffineries a atteint 31 millions de tonnes à fin 2014 contre 25 millions en 2012 lorsque le pays a lancé des travaux d’amélioration de ses installations, a-t-il dit lors d’un forum organisé par la radio nationale.

Cinq nouvelles raffineries seront construites pour doubler cette capacité d’ici 2020, a-t-il ajouté.

L’Algérie exporte des produits pétroliers raffinés mais importe également de l’essence et du diesel pour faire face à la hausse de sa demande intérieure. « Nous continuons de développer nos capacités pour répondre aux besoins de nos citoyens », a dit le ministre.

Zoubida Benmoufouk, directrice de la division de raffinage de la compagnie nationale Sonatrach, avait indiqué la semaine dernière que la production de diesel et de pétrole serait doublée d’ici 2018, à respectivement 9 et 8 millions de tonnes.

L’Algérie cherche à accroître sa production d’énergie pour améliorer ses revenus à l’exportation, sur lesquels compte le gouvernement pour financer des programmes sociaux et projets de développement économique.

Pour atteindre cet objectif, la Sonatrach compte forer son premier puits off-shore dans le courant de cette année.

 

Source : Les Echos 

Les chefs d’entreprises algériens appelés à investir dans le recyclage et la valorisation des déchets

La ministre de l’Aménagement du territoire et de l’environnement a évoqué à Alger avec des représentants du Forum des chefs d’entreprises (FCE), les moyens de valorisation des déchets et la stratégie de leur recyclage, invitant les chefs d’entreprises à investir dans ce domaine qui recèle d’importantes opportunités.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de sa rencontre avec une délégation du FCE, présidée par Ali Haddad, La ministre a indiqué que son secteur œuvrait à rapprocher les investisseurs de l’administration pour les informer notamment sur les opportunités d’investissement dans le domaine du recyclage des déchets.

Les stocks des déchets sont estimés à 13,5 millions de tonnes. Le secteur vise à recycler 45% de ces stocks à partir de 2016 dans le cadre de différentes activités industrielles.

Mme Boudjemaa a souligné dans ce sens que « l’environnement offre désormais des opportunités d’investissement », estimant que le développement industriel dans plusieurs secteurs a favorisé l’augmentation des stocks de déchets avec une moyenne de 0,5 kg par personne.

Elle a rappelé que le taux de recyclage est passé de 5% durant les dix dernières années à 17% à la fin 2014. L’objectif du ministère et d’atteindre un taux de 25% à la fin 2015 et 45% à partir de 2016.

Les entreprises désirant effectuer des opérations de recyclage bénéficieront de nombreuses facilités en termes de formation et de financement, a fait savoir la ministre qui a affirmé que l’Etat avait mis à la disposition des chefs d’entreprises tous les moyens pour investir dans ce domaine.

Elle a, en outre, mis en avant les avantages économiques, écologiques et sociaux de cette activité qui contribue à la création d’emplois et à la préservation de l’environnement.

Les deux parties ont, par ailleurs, évoqué les moyens de réaliser l' »économie verte » dans le cadre de la stratégie nationale de préservation de l’environnement à l’instar des autres pays du monde.

Le président du FCE, Ali Haddad a, de son côté, indiqué que le débat a porté sur certains produits ( batteries, transformateurs, pneumatiques chrome…).

Les deux parties, a ajouté Haddad, ont convenu de la création d’une commission mixte qui sera chargée de l’examen des dossiers et l’exécution des décisions issues des discussions des deux parties, réitérant la nécessité d’accorder la priorité absolue au produit national.

Source: http://www.aps.dz/