Archives par mot-clé : automobile

StartUp academy – l’initiative du Condor pour former les étudiants algériens

« StartUp Academy » est un projet innovateur signé par Condor Electronics. Le projet s’adresse à tous les étudiants algériens porteurs d’idées et de projets en rapport avec les technologies futures. Continuer la lecture de StartUp academy – l’initiative du Condor pour former les étudiants algériens

Hydraulique: conférence sur les opportunités d’investissent en Algérie en mai à Washington

Une conférence sur les opportunités d’investissement dans les ressources en eau en Algérie sera organisée en mai prochain à Washington, afin d’attirer des partenaires potentiels, a annoncé le ministre des Ressources en Eau, Hocine Necib. Continuer la lecture de Hydraulique: conférence sur les opportunités d’investissent en Algérie en mai à Washington

Investissements: le marché algérien en pleine attractivité

Le bilan des projets d’investissements déclarés en 2014 auprès de l’Agence nationale de développement des investissements (ANDI) montre « une dynamique de développement des investissements et un marché en pleine attractivité », a souligné à l’APS le Directeur général de cette agence, Abdelkrim Mansouri. Continuer la lecture de Investissements: le marché algérien en pleine attractivité

Comment obtenir un visa d’affaires pour l’Algérie ?

Documents à fournir au consulat pour votre demande de visa :

– Lettre d’invitation professionnelle qu’une entreprise algérienne vous fournira.

– l’ordre de mission de votre société pour la ou les personnes qui se déplacent .

– Attestation d’assurance (voir assistance médicale au dos de votre carte bleue).

– passeport (validité + 6 mois) .

– photocopie passeport (pages photo et adresse).

– 2 ou 3 photos d’identité selon le consulat.

– 85 euros en espèces par personne.

– formulaires de demande de visa dûment complétés en 2 exemplaires.

Attention ! Le délai d’obtention des visas est désormais de 14 jours

L’Algérie aura en 2015 son premier puits de pétrole en mer

L’Algérie compte forer cette année son premier puits de pétrole en mer, a annoncé lundi le ministre de l’Energie Youcef Yousfi en faisant par ailleurs état d’une hausse de la production des raffineries du pays en 2014.

La production des raffineries a atteint 31 millions de tonnes à fin 2014 contre 25 millions en 2012 lorsque le pays a lancé des travaux d’amélioration de ses installations, a-t-il dit lors d’un forum organisé par la radio nationale.

Cinq nouvelles raffineries seront construites pour doubler cette capacité d’ici 2020, a-t-il ajouté.

L’Algérie exporte des produits pétroliers raffinés mais importe également de l’essence et du diesel pour faire face à la hausse de sa demande intérieure. « Nous continuons de développer nos capacités pour répondre aux besoins de nos citoyens », a dit le ministre.

Zoubida Benmoufouk, directrice de la division de raffinage de la compagnie nationale Sonatrach, avait indiqué la semaine dernière que la production de diesel et de pétrole serait doublée d’ici 2018, à respectivement 9 et 8 millions de tonnes.

L’Algérie cherche à accroître sa production d’énergie pour améliorer ses revenus à l’exportation, sur lesquels compte le gouvernement pour financer des programmes sociaux et projets de développement économique.

Pour atteindre cet objectif, la Sonatrach compte forer son premier puits off-shore dans le courant de cette année.

 

Source : Les Echos 

Marché des cosmétiques en Algérie

Considéré comme encore étroit, le secteur cosmétique en Algérie est relativement porteur et concurrentiel, aux yeux des professionnels. Il enregistre annuellement un taux de croissance de 12% par an. Une large gamme de maquillage, shampoings, crèmes, huiles, masques de beauté, parfums et démaquillants inonde chaque jour le marché national.

Cet engouement répond à une tendance : les Algériens soignent de plus en plus leur apparence et se soucient de leur bien-être.

Selon les douanes algériennes, la France reste le partenaire privilégié. Elle fournit la plupart des produits cosmétiques pour l’Algérie comme les huiles essentielles, des eaux distillées aromatiques et des shampoings…etc. Pour les produits de beauté et maquillage, la Chine est devenue le partenaire principal.

Algérie- Qatar : vers une nouvelle coopération énergétique

Deux projets de partenariat algero-qatari dans le domaine de la pétrochimie sont actuellement à l’étude.

Il s’agit d’un projet de partenariat entre les groupes algériens Mines Algérie (Minal) et Asmidal et la compagnie Qatar Petroleum pour la transformation chimique du phosphate à Oued El Kebrit (Souk Ahras), avec une capacité de production de 5 millions de tonnes par an.

Le second projet qui concerne la production d’engrais à Hdjar Soud (Skikda) sera réalisé dans le cadre d’un partenariat entre le groupe Asmidal et l’Office national des substances explosives « Onex », d’une part, et la compagnie Qatar Petroleum,d’autre part.

L’Algérie et le Qatar avaient signé en janvier 2013, deux mémorandums d’entente concernant ces deux projets qui viennent s’ajouter au projet du complexe métallurgique et sidérurgique de Bellara (Jijel) dont la première pierre sera posée début mars.

Le projet de Bellara est l’un des plus importants projets d’investissement communs entre l’Algérie et le Qatar.

Le marché automobile algérien

L’Algérie compte 55 importateurs de véhicules pour un marché de plusieurs milliards de dollars. En 2014, ils ont importé 411 433 voitures pour plus de 439 milliards de dinars contre 526 984 unités pour plus de 510 milliards en 2013, selon les chiffres officiels des douanes obtenus par TSA.

Renault domine, Peugeot baisse

Le français Renault domine le marché avec des importations de 101 472 véhicules pour une valeur de 88,5 milliards de dinars en 2013 contre 89 435 unités et une valeur de 76,1 milliards en 2014.

Parmi les concessionnaires les plus touchés par le recul du marché en 2014 figurent notamment Peugeot et Diamal. La marque au lion a vu ses importations passer de 70 439 unités en 2013 pour près de 64 milliards de dinars à 41 127 unités pour un peu plus de 42 milliards en 2014.

De son coté, Diamal qui représente plusieurs marque, dont Opel, a souffert. Ses importations ont dégringolé, passant de 26 891 unités en 2013 pour une valeur de 25 milliards de dinars à 11 938 unités pour près de 12,5 milliards. La SARL GMS, qui commercialise notamment la marque Mercedes, a été également touchée par la crise. Ses importations sont passées de 10 282 véhicules pour une valeur de 14 milliards de dinars à 3 417 unités pour 7,8 milliards.

Forte hausse des achats de Cima Motors

Cima Motors, propriété de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, est l’un des rares concessionnaires dont le chiffre d’affaires à l’importation a considérablement augmenté en 2014. En 2014, CMA Motors, concessionnaire multimarques, a importé 6 391 véhicules pour un peu plus de 10 milliards de dinars. En 2013, la même société avait importé 5163 véhicules pour près de 5,9 milliards de dinars !

Des concessionnaires inconnus

Sur le juteux marché du véhicule neuf et aux cotés de grandes marques européennes et asiatiques, pullulent de nombreux opérateurs très peu connus. Par exemple, la SARL Prox4 (représentant de Yamaha) qui a importé 65 unités en 2014 pour un peu plus de 5,6 millions de dinars ou encore la SARL CVM Motors qui a importé seulement 16 véhicules en 2014 pour une valeur de 46,5 millions de dinars.

On peut également citer la SARL Ans (22 unités en 2014), la société industrielle de papiers et alu qui a importé 455 véhicules en 2014 pour 1,8 milliard de dinars, la société Peng PU (90 véhicules importés en 2014), ou enfin Farid Auto (293 unités importées en 2014).

Source:TSA